Les projets au Mali

picture

« Bamako 2011 » : dispositif pérenne pour la fabrication et la distribution de foyers améliorés à Bamako (Partenariat entre « Projets Solidaires »- « Avec Mali » - « Solafrika »)

Cuiseurs BamakoObjectif du projet:
Mettre en place un dispositif pérenne pour la fabrication et la distribution de foyers améliorés à Bamako

Zone géographique du projet:
Bamako, capitale du Mali. Les artisans fabriquant les foyers seront de Bamako. De plus, la distribution de foyers sur la ville de Bamako est facilitée par l’existence d’une clientèle potentielle importante et par l’existence de nombreux marchés..

Le rôle de Solafrika:
• proposer les modèles de foyers améliorés de 2ème génération
• encadrer la formation technique des artisans et des femmes chargées de la distribution
• apporter son expérience technique dans ce type de projet

Résultats à ce jour:
Quelques 300 modèles de foyers ont été diffusés … sur les 600 que prévoyait le projet.

- Présentation Projet FA PEDB - Appel - projet CD Aquitaine
- Déforestation-Désertification Afrique Subsaharienne


Retour haut de page

Programme Energie Domestique à Mopti (PEDM)

groupeCe projet a été mis en place grâce au partenariat entre Solafrika, Planète Urgence et AVEC-Mali (association malienne de Mopti).
Il visait la diffusion de 6000 foyers améliorés (Nafacama, Teliman, Sewa) dont une partie de foyers conçus par Solafrika. L’objectif était de contribuer à la lutte contre la désertification et à la diminution de la vulnérabilité économique des populations de la ville de Mopti. Par la diffusion de 4500 Foyers Améliorés (FA) dit de première génération (modèles Nafacama et Teliman) ce projet devait permettre de faire baisser de manière significative la consommation de bois de la ville grâce à une diminution de l’ordre de 23 % par rapport au foyer traditionnel.
L’introduction de 1500 FA de modèles Solaf ou Sewa, très peu présents à Mopti, prévoyait d’ouvrir le marché des foyers améliorés à une deuxième génération de foyers deux à trois fois plus performants que les FA classique.
L’accès facilité à 100 bouteilles de gaz devait permettre de développer ce marché encore réservé à une faible partie de la population.
Les foyers, une fois fabriqués par les artisans de Mopti préalablement formés, étaient vendus par les femmes dans les différents quartiers. Ces dernières étaient chargées de sensibiliser les femmes bénéficiaires aux avantages des foyers améliorés du point de vue, notamment, des économies de bois. Les foyers étaient ainsi vendus grâce à des prêts accordés aux familles. Le projet prévoyait également de nombreux ateliers de sensibilisation et formations concernant l’utilisation et les avantages des foyers améliorés, la gestion des prêts et leur recouvrement, les problématiques de désertification et de déforestation, etc. Les activités du projet s’inscrivaient dans trois volets d’interventions : « sensibilisation », « diffusion » et « l’appui aux artisans producteurs de FA ».

Le démarrage du Projet Energie Domestique à Mopti a eu lieu en juin 2010. SOLAFRIKA était le partenaire technique de ce projet et devait notamment assurer : la formation d’artisans à la fabrication de foyers Solafrika ; le suivi de ces derniers ainsi que le suivi des commandes de foyers ensuite vendus par les femmes des différents quartiers de Mopti sous forme de micro-crédit ; la conduite de différents tests sur les foyers SOLAFRIKA afin de mesurer leur performance ; tout en participant aux autres objectifs du projet. Un coordinateur SOLAFRIKA, Nicolas Réméné, était présent à Mopti depuis le démarrage du projet et jusqu’au mois de Décembre 2010. Résultats atteints : Les ventes se décomposent en 3 846 FA de 1ère génération et 2 165 de 2ème génération développés par Solafrika ; soit 36% de deuxième génération.
32 330 personnes ont ainsi bénéficié des ventes de foyers sur la base des informations fournies par les animatrices de quartier qui avaient la charge de diffuser les foyers. Rapportée à la population des centres urbains de Mopti et Sévaré – 115 000 habitants – cela représenterait presque une personne sur trois.
La capacité de réduction de la consommation de bois/charbon constatée sur les foyers Solaf au cours des démonstrations dans les quartiers a fortement motivé les acheteuses dans leur(s) achat(s).
Nous étions très attentifs quant au potentiel de diffusion des foyers après le fin du projet … et bien une TRES TRES bonne nouvelle. Le projet continue de manière autonome , artisans et femmes relais ( chargée de la diffusion/commercialisation) se sont « entendus » pour augmenter le prix de vente de 500FCFA ( soit 70cts d’Euros) et rétribuer les femmes sur chaque vente. Et bien en 9 mois … plus de 2000 modèles de foyers ont été vendus et 800 autres viennent d’être commandés par une ONG Allemande pour équiper les camps de réfugiés du nord Mali en foyer Solaf …
- Enquête Bois Energie - Foyers Améliorés Mopti
- Dossier Initial PEDM
- Visuel Projet PEDM
- Présentation Foyers Solaf
- Contrôle qualité des différents FA
- Rapport final PEDM


Retour haut de page


Projet Mangoro, transformation et séchage de mangue à Siby

sahel07Solafrika a fait la rencontre des jeunes de la coopérative « An Ka Yelen » au village de Siby (situé à 45 km de Bamako) en 2007. Aux activités de VTT, d’escalade et de randonnée, la coopérative a souhaité associer une autre activité génératrice de revenus, à savoir : le séchage solaire de fruits à partir de techniques élaborées en partenariat avec Solafrika.
Le séchage solaire des produits alimentaires par déshydratation est une technique de conservation très intéressante pour les herbes, les fruits et les légumes. C'est une des méthodes de conservation les plus saines, car les vitamines et les principes actifs de l'aliment sont conservés.
Suite à leur rencontre, Solafrika et la coopérative An Ka Yelen ont initié ensemble une phase de test de 4 modèles de séchoirs solaires. Des actions ont ainsi démarré en 2007, afin de déterminer le modèle de séchoir solaire le plus adapté au contexte local. L’idée de départ était de trouver une alternative au pourrissement d’environ 80% de la production des mangues de la région, car l’ensemble du marché national ne permet d’absorber que 20% de la production. Solafrika s’est ainsi engagé dans la formation des jeunes de la coopérative aux techniques de fabrication de séchoirs solaires. Le modèle qui a été retenu au vu des différents tests réalisés est le modèle SIBIKA « Amélioré ».
Coopérative SibySept ans déjà que nous travaillons avec cette coopérative de jeunes… pour atteindre des résultats très positifs ! Les premières années ont permis d'améliorer le volet technique et de former les jeunes à la construction des séchoirs. Lorsque le procédé idéal, adapté au contexte local, a été identifié et validé par la coopérative, le projet a permis de financer l'achat d'un terrain, la construction d'un local et le financement des premiers séchoirs.
Séchoir SibyEn 2011 et 2012, la coopérative avait augmenté sa production de 60 % et c'est quasiment 2 tonnes de fruits frais qui ont été achetés, séchés, puis emballés et vendus ... soit plus de 250 kg de fruits secs (contre 150kg en 2011)!!!
La Guilde Européenne du Raid, la Fondation Poweo et le Conseil Régional Midi-Pyrénées avient soutenu ce projet, et permis, entre autres, de construire 10 nouveaux séchoirs, d'acheter du petit matériel de transformation, de fermer le terrain, mais aussi d’ acheter un véhicule 2CV camionnette qui permet aux jeunes de démarcher plus largement les boutiques de la région et de faciliter l’approvisionnement en mangues fraîches.
Si vous êtes curieux, vous trouverez le bilan de la Guilde, suite à une visité d'évaluation sur place, en cliquant ici !

Vous voulez goûter et acheter les mangues de Siby ? Vous les connaissez déjà ? Contactez nous, nous avons 2 à 3 arrivages de 100 kilogrammes par an, à des prix imbattables !

- Mangoro - Activités réalisées entre mars et octobre 2011
- Formation exemple
- Présentation Coopérative Siby Mangoro
- Rapport Mali 2011 Claire (très prochainement disponible!)
- Etapes de la production de mangues séchées
- Page Solafrika dans le catalogue des projets soutenus par la Guilde


Retour à la carte


Projet Ecotourisme Solidaire à Siby

Les membres des coopératives locales existantes, parfaitement conscients de l’intérêt du tourisme pour le développement économique de leur région, sont aussi informés de l’impact néfaste d’un tourisme de masse (comme par exemple au Pays Dogon au Nord du Mali). Ils souhaitent pouvoir participer et être acteurs d’un développement touristique durable et approprié pour leur territoire.
En 2009, durant leur présence sur place, deux coordinateurs Solafrika ont été sollicités pour les appuyer dans une démarche de création d’une nouvelle activité économique complémentaire, qui s’inscrit dans la suite logique de leur développement : la création d’un lieu d’accueil d’écotourisme. Ce lieu se veut être en accord avec la vision de développement local et s’inscrire dans une démarche de tourisme durable et responsable. Les acteurs locaux déplorent que les campements existants à Siby ne soient en rien solidaires (non communautaires, à but lucratif, pas de gestion des déchets ou de la consommation d’eau, pas de valorisation de l’artisanat local,…). Les acteurs locaux ont ainsi exprimé le souhait de développer les activités existantes et de les intégrer au sein d’un projet de développement touristique responsable et durable.
L’objectif serait ainsi, à terme, de créer une complémentarité entre les différentes activités déjà existantes : les activités de pleine nature, l’activité de séchage de mangues avec des séchoirs solaires et de nouvelles activités tels que : l’accueil de touristes sensibilisés et responsables, la diversification des produits vendus, la conception d’un lieu d’accueil éco-responsable, la sensibilisation des touristes et de la population locale à l’utilisation des énergies renouvelables.
Nous remercions la Région Midi Pyrénées et la Fondation PETZL d’avoir soutenu financièrement ce projet.
- Dernière Charte d'écotourisme solidaire
- Détails sur le projet
- En savoir plus sur la mission de Claire et Romain!


Retour à la carte


Sahel 2009

Sahel 2009 (novembre/décembre 2009), c’est 3 projets, menés par 2 Solafrikains : Nicolas Réméné (qui s’installe au Mali pour Solafrika pour l’année 2010) et Pierre Régnier.


> PROJET DE FORMATION D'ARTISANS aux techniques de fabrication de cuiseurs à économies de bois petits et gros modèles sur la ville de Mopti (premier test des cuiseurs Solaf en ville !!!)

Fabrication de cuiseurs à MoptiAprès avoir travaillé sur les foyers améliorés en milieu rural, Solafrika se lance dans le milieu urbain, à Mopti. Dans le cas d’une ville comme Mopti, les familles qui cuisinent au bois l’achètent et ne vont pas le ramasser… Cette énergie a donc un coût financier et si on l’économise, on économise de l’argent... Approche complètement différente du coup !!
Pour mener à bien ce projet test, nous nous sommes rapprochés de 3 associations différentes :
- le R.A.M.O (Réseau des Associations de Mopti) qui regroupe plus d’une vingtaine d’associations de femmes.
- Amprode Sahel : Association Malienne pour la Protection de l’Environnement et le Développement au Sahel.
- Sigui Te Mogo Son : association des personnes handicapées de Mopti, qui possède d’ailleurs un local de soudure où nous ferons la formation.
Fin Novembre 2009, nous (Nicolas, Pierre et Salou Karembe, forgeron Dogon formé en 2007 et 2008 par Solafrika, devenu aujourd’hui formateur) avons donc formé durant 5 journées, 6 artisans (tôliers et soudeurs, 2 de chaque associations partenaires) aux techniques de fabrication des cuiseurs à bois Solaf petits et gros modèles. Puis nous avons passé 3 journées à évaluer leur technique et parler des perspectives futures de développement de cette activité.
Groupe - cuiseurs à Mopti Ce projet nous a permis d’avoir désormais 6 personnes ressources en fabrication de cuiseurs sur la ville de Mopti, et surtout, d’initier avec ces partenaires et notamment le R.A.M.O des actions qui vont conduire les foyers améliorés Solafrika vers la grande diffusion, grâce au projet qui suivra : Projet d’Energie Domestique pour la ville de Mopti (PEDM)
Nous remercions la Guilde Européenne du Raid (MAE) d’avoir soutenu financièrement ce projet.
- Sahel 2009 projet cuiseurs mopti
- Bilan Sahel 2009 projet cuiseurs mopti


> PROJET DE REBOISEMENT au Pays Dogon dans 2 villages : Mory Dimbou et Wadouba Tenné

Reboisement au pays Dogon Ce projet est une suite aux premiers projets mis en place par Solafrika dans ces 2 villages en 2007 et 2008 : formation aux techniques de fabrication des cuiseurs à économies de bois et installation de 2 coopératives de soudure.
L’idée était de travailler sur la réduction du bois de cuisson et en même temps promouvoir le reboisement de ces zones, autant avec des arbres fruitiers que des arbres à ombres.Reboisement au pays Dogon



Pour ce faire, nous avons travaillé avec un pépiniériste de Mopti. Et nous voilà partis avec 200 arbres et les grillages nécessaires pour protéger ces petits arbres. Nous plantons avec les villageois 40 arbres à ombres dans chaque village et 60 arbres fruitiers dans des parcelles spécifiquement prévues à cette effet par les villageois. Les arbres à ombres sont dans des grillages individuels alors que les fruitiers sont dans des parcelles grillagées en périmètre.
Les villageois sont très heureux qu’un tel projet se mette en place et se sont engagés en formant des comités de pilotage à gérer ces parcelles collectives de fruitiers (arrosage, entretien, répartition des futurs fruits…). Pour les arbres à ombres, chaque famille se doit de gérer les arbres plantés sur sa propriété. Nous remercions les associations Bilou Toguna (Blagnac) et Emmaüs Marvejols d’avoir soutenu financièrement ce projet.
- Bilan du projet reboisement à Ténné et Dimbou


> PROJET D'INSTALLATION DE SECHOIRS SOLAIRES de type « coquilles » dans un petit village Dogon : Kilegou

Reboisement au pays Dogon Cela faisait 2 ans que ce village sollicitait la mise en place d’un projet test sur le séchage de fruits et légumes en technique solaire. Kilegou a la particularité d’être situé sur le plateau Dogon mais d’avoir l’eau à environ 5 mètres de profondeur…exceptionnel pour le plateau. Les villageois en profitent donc pour faire du maraîchage. Jusqu’alors, ils faisaient sécher leurs produits sur des feuilles de Rônier (palmier), à même le sol. Une fois que les animaux, les enfants et autres insectes… étaient passés par là, ils perdaient entre 70 et 80% de leur production. Comme chacun à son jardin et qu’il n’y a pas de coopérative existante, nous ne voulions pas installer des séchoirs « grosse capacité » comme à Siby. Nous avons donc opté pour la solution de séchoirs solaires en 2 demis coquilles métalliques qu’un artisan tôlier de Mopti a fabriqué. Au total, chaque famille pratiquant du maraîchage a reçu un séchoir, soit 15 au total. Ce qui leur permet de continuer à transformer leurs produits en minimisant les pertes.
Nous remercions Emmaüs Marvejols d’avoir soutenu financièrement ce projet.


Retour à la carte


Sahel 2007

sahel07En 2006 , nous sommes 3 à « créer » Solafrika … Nos diverses expériences de voyages et de missions dans des pays du sud nous ont appris à « regarder » le monde d’une manière différente…et elles nous ont donné l’envie de nous investir en tant qu’acteurs du développement et de contribuer à l’autonomie de ces populations.
L’Afrique éveille en nous une envie de découverte et de partage des modes de vies et des cultures.
C’est en 2007 , que nos projets « démarrent » réellement … Nos différentes rencontres et lectures nous ont permis de prendre conscience des conditions de vie des populations subsahariennes et de la gravité de la situation de celles-ci.
Parmi de multiples facteurs, climatiques et humains, le déboisement abusif de ces zones sensibles est l’un des processus à l’origine de la dégradation du milieu, favorisant l’épuisement notable des ressources naturelles et, par voie de conséquence, conduisant à l’aggravation des conditions de (sur)vie des populations. Dans le Sahel, le bois-énergie représente 84,7% des besoins énergétiques de la population en 2002 …
Un cycle pernicieux existe alors : diminution du couvert végétal, érosion hydrique accrue, aridification des sols, baisse de la biodiversité, abandon des cultures et des pâturages, progression structurelle des déserts et ensablement, désertion des populations rurales et saturation des zones urbaines et périurbaines…
C’est ainsi, au regard du besoin imminent et par l’expérimentation de techniques simples, facilement applicables en Afrique, que nous avons eu envie de développer un tel projet, avec pour objectif d’œuvrer pour le développement des techniques d’économie d’énergie.
- Déforestation-Désertification Origines.Mécanismes.Luttes
- Dossier SAHEL 2007 au pays Dogon
- Bilan SAHEL 2007 au pays Dogon
- Bilan Projet Sechoirs 2007 pays Mandé


Retour à la carte